Please install Yoast SEO plugin and enable the breadcrumb option to use this shortcode!

Les salariés de Norwegian France manifestent mercredi 24 février pour le respect de leurs droits

 

conseil européen

Roissy CDG, le 23 février 2021 – Les salariés français du groupe aérien Norwegian, très inquiets pour leur situation et face au silence persistant de leur direction, ont décidé de manifester à Paris, ce mercredi 24 février, Place des Ternes, à partir de 11h00.

Norwegian, compagnie aérienne norvégienne, a annoncé mi-janvier avoir décidé d’arrêter, dans le cadre de sa restructuration, toutes ses activités long-courriers. La base française de la compagnie, qui n’opère que des vols long-courriers, est par conséquent condamnée à disparaître.

Une procédure de liquidation judiciaire devra être prononcée en France et tous les salariés vont perdre leur emploi.

145 pilotes, 136 personnels de cabine et 5 employés administratifs, basés à Roissy CDG, sont concernés par cette décision brutale.

Les représentants du SNPL Norwegian appellent, avec l’ensemble des membres du CSE de Norwegian France, tous les salariés à venir exprimer leurs inquiétudes face au comportement et aux silences de la direction de la compagnie en France, et à participer massivement à la manifestation organisée le mercredi 24 février, à partir de 11h00, Place des Ternes, à la limite du VIIIème et du XVIIème  arrondissements de Paris, et proche de l’Ambassade de Norvège.

Ils souhaitent alerter de la situation des employés de la compagnie aérienne NAR France, société qui fait partie du montage structurel et opérationnel de la compagnie Norwegian, basée à Oslo en Norvège, mais qui est une succursale de la Société NAR Irlande.

La situation des salariés français est critique car si Norwegian France fait partie structurellement et opérationnellement de la compagnie Norwegian “mère”, basée à Oslo en Norvège, elle dépend cependant, par un montage juridique, de la Société Norwegian Irlande.

Les salariés français se retrouvent ainsi démunis, car la direction de Norwegian est invisible et silencieuse, et se retranche derrière les liquidateurs désignés par un tribunal irlandais, et peu au fait de la législation sociale française.

Il semble évident que Norwegian souhaite se débarrasser de sa masse salariale long-courrier mais aussi tout mettre en œuvre pour échapper aux paiements des indemnités de licenciement et aux autres règles du droit du travail français.

Pourtant, depuis le début de la crise sanitaire en mars dernier, Norwegian France a obtenu l’agrément lui permettant de bénéficier du dispositif d’activité partielle pour la totalité des salariés placée à 100 % d’inactivité.

Depuis, le SNPL n’a cessé de saisir la justice pour contester la plus grande partie des mesures prises par la direction pendant cette période, mais malgré de premières victoires juridiques, la direction reste aux abonnés absents, ce qui semble confirmer son intention de continuer à bénéficier du système social français, au travers de l’activité partielle ou bientôt au travers de l’ AGS (Association pour la gestion du régime de garantie des créances des salariés).

Le SNPL Norwegian souhaite que tout soit mis en œuvre pour que Norwegian France comme l’ensemble du groupe Norwegian assument enfin leurs responsabilités vis-à-vis de leurs salariés français.

Les représentants du SNPL sont mobilisés et resteront vigilants tout au long de la procédure ainsi engagée afin que toutes les règles applicables en France soient respectées.

Norwegian ayant reçu plusieurs millions d’euros de subventions publiques dans le cadre de l’activité partielle mise en place depuis mars 2020, le SNPL appelle également solennellement le gouvernement à avoir un œil très attentif à cette procédure de liquidation afin de s’assurer que Norwegian remplira bien toutes les obligations qui lui incombent envers ses employés français.